11-15 juil 2022 : Stage rando-écriture dans le Néouvielle

"Je remonterai, sur les cimes enneigées et les crêtes dégagées. Sentir cette force en moi, prêt à tout dépasser.
Je remonterai, au-dessus de la mer de nuages, sentir mes ailes se déployer. Comme l’aigle filant dans le vent, je serai puissant.
Je remonterai, voir le ciel se déchirer que le soleil embrase. Montagne parmi les montagnes, je serai invincible pour l’éternité."

   "La nuit tombait, le petit Pierre errait depuis de longues heures dans une forêt inquiétante à la recherche d’un hypothétique sentier qui le mènerait au refuge. Exténué, déambulant tel un fantôme, il avait perdu tout espoir. Il fit face alors à un précipice rocheux qui signait la fin de l’aventure. Impossible de continuer ou de revenir en arrière, il était pris au piège. 

   Pierre s’effondra de désespoir, à bout de force. Sentant la vie le quitter, il fredonna un air que son grand-père béarnais lui chantait petit pour l’endormir. C’était l’histoire d’une créature fantastique nommée Immortela qui accompagnait les jeunes en quête d’amour dans les Pyrénées. C’était aussi la formule magique qui la faisait apparaitre lorsque l’on se trouvait au bord du gouffre d’Esparros… 

   Une lumière intense s’éleva alors du fond de la crevasse. Au moyen de petites ailes, une bouche solaire vint s’approcher du corps gisant de Pierre. Grâce à des pieds hideux, elle se posa tout près et lui déposa un baiser sur le front, comme le faisait son grand-père. Elle lui chuchota au creux de l’oreille : « Haut Peirot, despres lo mailh e auta mailh. Despres la lutz e auta lutz. Haut Peirot, la libertat e lou cami ». Puis elle disparu en silence dans les profondeurs du gouffre. Le lendemain, Pierre se réveilla et reprit le chemin."

   "Les vallées s’étendent sous mes yeux à perte de vue. La multitude des lacs aux couleurs changeantes, les nuances de vert dans la forêt, le tumulte des torrents, le bouillonnement des cascades me fascinent. Je m’amuse à caresser les mollets de quelques randonneurs amoureux. Ils frissonnent de plaisir, rient et s’embrassent. La pente se redresse et je m’élève soudainement. Les pierriers, les falaises, je file le long des crêtes, je tourbillonne avec les rapaces. Les pins à crochets ondulent à mon passage. Je chauffe de plaisir dans ce versant ensoleillé. Le sommet est là. Soudain le vide, infinité du paysage qui s’étale devant moi. Je flotte comme en apesanteur, le ciel s’empourpre aux derniers rayons du soleil. Je vole au-dessus d’une mer déchainée de montagnes en feu. Instants sublimes et rares qui me font sentir si vivant. Je bascule déjà, retombe dans la vallée froide et ombreuse. Demain, peut-être, nous nous retrouverons."

   "« Maudit topoguide ! ». Je crois que je n’ai jamais autant haï Pyrénées Magazine que ce jour-là. « Randonnée facile aux paysages superbes » qu’ils disaient. Et cela faisait trois heures que nous montions sous un soleil de plomb dans un vallon encaissé avec des sacs qui pesaient une tonne. Maudite randonnée. Ouf, le col est en vue. Délivrance suprême qui va marquer la fin de ce calvaire. Plus que quelques minutes avant de basculer vers le lieu de bivouac. Planter la tente, un Bolino et au lit. Avant de passer à autre chose. Mais alors que nous montions dans l’ombre depuis un moment, que la fin de journée approchait, je perçus une lumière intense au niveau du col. Les derniers rayons du soleil filtraient comme de grands jets à travers les rochers. Etait-ce une hallucination ? Je pressentis soudain que derrière ce col, ma vie ne serait plus la même…"

   "En haut de la grande pente d’éboulis se profile le glacier des Barrancs. Il est en sale état, ça va pas être du gâteau. Je suis au pied de l’Aneto, plus haut sommet des Pyrénées. C’est lui que j’ai choisi pour déclarer ma flamme à la montagne. Et tant qu’à faire, bivouaquer à son sommet et y grimper par une voie difficile. Cela fait trop longtemps que je tourne autour du pot, de vallées en cols, de lacs en sommets. Cela fait trop longtemps que je suis à la recherche d’un amour impossible, il est temps de passer à l’acte. 

   Je sue à grosses gouttes sous un soleil de plomb. La pente est rude, les obstacles innombrables mais je suis déterminé. Arrivé au glacier, je chausse les crampons. Nous sommes au mois d’août et le glacier est décharné. La glace vive empêche mes pointes de s’enfoncer. Mais il faut que je monte, inexorablement. Je ne me retourne même pas pour voir la pente vertigineuse qui se profile sous mes pas. Pas un bruit, je suis tout seul face à mon destin. Ça passe ou ça casse. La glace me renvoie des effluves douçâtres propres à ce milieu alpin. La pente est extrêmement forte et je dois m’aider de mon piolet pour avancer. 

   Une fois en haut du glacier, il faut me rendre à l’évidence : le rocher est trop pourri pour rejoindre le sommet pourtant tout proche. Je touche au but et la montagne me refuse son accès. Elle n’a pas voulu de moi et je me retrouve seul avec mes doutes et ma folie. Un coup d’œil vers le bas m’indique que ma situation est désespérée. Ivre de tristesse, je redescends là d’où je viens sans me rendre compte du danger. Il ne faut pas deux pas pour que mes pieds se dérobent, m’entrainant dans une chute fatale. Game over, tout est fini. 

   Soudain, un choc violent. Je m’arrête brusquement dans ma course folle. Un rocher coincé dans la rimaye supérieure, le seul de tout le glacier, m’a stoppé net. On dirait que la montagne me laisse une seconde chance. A moi de la saisir."

   "JM était à bout de force. Il n’en pouvait plus de tout ces cailloux, de ce ciel bouché, de ce sac à dos trop lourd, de ce guide entêté qui souriait à tout bout de champ. Comme si c’était drôle de se retrouver dans pareille situation. Et cette soif qui ne le quittait plus, qu’est ce qu’il ne donnerait pas pour une bonne bière bien fraîche. Mais ici, tout n’est que rochers, brouillard, froid, fatigue, déprime.

   « Et voilà le sommet ! » lâcha le guide d’un ton jovial. JM sentit la nausée monter en lui. Tous ces efforts pour ça ! Un tas de cailloux dans la brume ! JM n’avait qu’une seule envie, se glisser dans son duvet jusqu’au lendemain en espérant des jours meilleurs. Alors qu’il installait son campement entre deux murets de pierre, JM aperçut le guide sortir deux grosses canettes de bières de son sac à dos et crier « Apéro ! ». JM n’en crut pas ses yeux. Serait-il possible que le guide ait amené un litre de bière au sommet du Mont Perdu malgré le sac déjà lourd ? C’était comme une véritable apparition divine. Laissant tomber son duvet à terre, JM fut irrémédiablement attiré par cette vision fantastique. Ses papilles étaient en folie et son cœur battait la chamade alors que la première gorgée de ce nectar sublime lui coulait lentement dans la gorge. Une fraîcheur intense l’envahit, il frissonna de plaisir. 

   C’est le moment que choisit Laurent pour sortir son jambon de coche du Béarn. JM était au paradis et devait sûrement être victime d’hallucinations. Tendant une main tremblante vers le met tant convoité, la brume se déchira et le soleil nous éblouit tout à coup : « Dieu, c’est toi ? ». Nous étions au-dessus d’une immense mer de nuages, tous les sommets des Pyrénées nous entouraient et venaient communier avec nous. La douceur des derniers rayons du soleil nous caressait la peau.  Réalisant où il était et ce qu’il était en train de vivre, JM ne put s’empêcher de pleurer comme un enfant. Il était enfin heureux."

 
"Réchauffement climatique par-ci, réchauffement climatique par-là, 
il n’y en a que pour lui.
Comme s’il n’y avait que ça comme problème dans ce bas monde.
Attendez cet hiver, et vous n’en entendrez plus parler.
Pendant ce temps, les oligarques s’enrichissent toujours plus sur la misère du monde,
Macron est réélu pour faire plaisir à ses petits amis,
on se fait piquer comme du vulgaire bétail,
on nous met des masques pour nous isoler,
le niveau des élèves ne fait que chuter et les politiques n’ont rien à nous proposer.
Fini de rêver, c’est dans un monde de merde qu’il va falloir désormais exister.
Que faut-il faire ? Se couper les uns des autres pour mieux s’isoler ?
Et ainsi pouvoir les laisser régner ?
NON, vous n’avez pas raison !
Nos enfants ne sont pas dupes et ils sauront vous le rappeler.
Profitez bien tant que vous le pouvez car bientôt vous serez renversés.
Sale vermine, la Terre vous maudit et moi je vous vomis.
Disparaissez avant de vous faire buter.
Vite, remplaçons-les. Le changement ne fait que commencer !"
 

    "Il parait qu’il aime bien la randonnée, ça tombe bien moi aussi. Un coup d’œil sur son profil Facebook m’indique que Gérard est en vacances avec sa famille dans le Néouvielle. Ah ils ont l’air de passer du bon temps ces enfants de salaud. Ils ne doivent pas savoir que leur père se livre à des crimes sordides et que sa dernière victime, Samantha, était ma meilleure amie. Depuis, une seule envie m’obsède, nuit et jour, la venger et éliminer cet enfoiré de la surface de la Terre. Avec la manière en plus, il le mérite bien après ce qu’il a fait. Ces vacances familiales m’offrent l’occasion parfaite de marquer les esprits. Ses enfants doivent savoir. 
   J’examine les photos en détail, le massif du Néouvielle je le connais par cœur et je n’aurai pas de mal à savoir où ils sont : lacs d’Orédon, d’Aumar, refuge de l’Oule. « Très bien ce selfie sur la terrasse avec une bière à la main ». S’ils sont ce soir sur les bords du lac de l’Oule, ils vont sûrement monter au refuge de Bastan demain, balade familiale par excellence. Ni une, ni deux, j’embarque mon calibre 12, ma frontale, de quoi grignoter dans le Trafic et je fonce de nuit sur St Lary. J’ai prévu de me poster sur les bords du lac de Bastan Inférieur au petit matin, avant l’arrivée des touristes. 
   Départ du col de Portet et je file par le GR10 à flanc de montagne, bien au-dessus du lac de l’Oule. La lumière au petit matin est superbe sur les sommets du Néouvielle. Gérard lui s’en fout de ces instants magiques, tout ce qui l’intéresse c’est de trainer sa carcasse bedonnante jusqu’au bar le plus proche et de se saouler à la bière. Les Pyrénées ne méritent pas d’accueillir ce genre de personnage. Lac Inférieur de Bastan, il est 6h45. Parfait. 
   Je dresse un rapide état des lieux : le GR10 arrive du déversoir, longe le lac et repart au NE. Les abords du lac sont magnifiques avec des eaux en camaïeu de vert. Les enfants de Gérard voudront sûrement s’y baigner car la météo annonce des températures supérieures à 30° en montagne. Plusieurs bosses herbeuses entourent le lac. Le petit creux situé au SE au milieu de deux d’entre-elles me semble être la planque parfaite. 
   Je domine le lac d’une dizaine de mètres, au milieu des pins à crochets. Un groupe de canards traverse le lac et en ride la surface limpide. Les pinsons s’en donnent à cœur joie et chantent à tue-tête. L’odeur des fleurs en ce début d’été est enivrante dans la fraîcheur matinale. Mais il ne faut pas que je me déconcentre, déjà les premiers touristes arrivent. Je les observe un par un en espérant apercevoir Gérard. Soudain, un doute m’assaille : c’est l’époque des cèpes et je sais ce truand amateur de champignons. Et s’il lui prenait l’envie de s’écarter du chemin pour les chercher, il pourrait bien me prendre à revers… Que faire ? Vite il faut se décider…"

7-10 juil 2022 : Trek "Les Pyrénées Magiques" (vallée d'Aspe)










14-17 juin 2022 : Ascension du Mont-Blanc (Haute-Savoie)

   Nous choisissons à nouveau de monter par la voie historique du versant Nord en faisant étape au refuge des Grands Mulets. Belle voie glacière qui nous mène à l'abri Vallot à 4362m où nous arrivons dans le mauvais temps... La-haut nous patientons en attendant une fenêtre météo, le ciel sera-t-il avec nous cette fois ? La météo est incertaine et le vent a soufflé toute la nuit mais à 4h du matin, le ciel est dégagé vers le sommet et le vent s'est calmé. C'est le summit day ! Les nuages dansent autour de nous et nous montons accompagnés par la clarté de la lune. Le froid est vif, il a reneigé un peu cette nuit. L'ambiance est féérique, nous ne pouvions pas rêver mieux. A l'approche du sommet le vent s'intensifie et fait voler la neige. Il en faudra plus pour nous arrêter, nous sommes surmotivés ! A 6h30 nous foulons la cime glacée du plus haut sommet d'Europe, un rêve se réalise. Grâce au vent, nous sommes tout seuls pendant quelques minutes pour profiter de ce moment intense. Merci Dame Nature pour ce cadeau !